Resistenza è machja literaria
2018-01-09 11:52:04

L'atti di u cullocchiu d'ottobre 2013 in Corti, circa 500 pagine, una quindecina di cuntribuzioni da a Brittagna à l'Italia, da u Paese Bascu à l'Uccitania è à a Corsica. Un cullocchiu in u quadru di a cummemurazione di i 70 anni di a Liberazione di a Corsica, urganizatu da u Cunsigliu di a lingua corsa - Accademia corsa di i Vagabondi.

« Le maquis, c’est le manteau parfumé d’arbousiers, de hautes bruyères, de myrtes, de cistes et de lentisques, où la Corse fièrement se drape. Le maquis c’est le refuge inviolable où jadis nos pères tinrent tête à toutes les oppressions. C’est le palais vert, où nos bandits d’honneur vieillissent parmi les oiseaux, les chèvres et les sangliers. Le maquis ! Ce mot corse connaît une renommée qui sera immortelle. »  

Eccu quì e parolle evucative aduprate in u 1943 da Simon’Ghjuvanni Vinciguerra, prufissore di storia, militante cursistu è cumunistu, attore di prima trinca di a Resistenza isulana, literariu ammaestrendu in listessu modu lingua corsa è lingua francese. A machja hè questu mondu libaru fattu di tagliu, di boschi è di sepali, rifugiu di i resistenti. Per isse Francie, hè à a moda questa parolla affaccata di Corsica è riveste un sensu militare durante u veranu è l’istate 1943. A machja ammenta ancu u spaziu literariu, in questi mumenti chì « la poésie crie, accuse, espère » (Paul Eluard). À listessa epica, in cor di u rimusciu tragicu chì u s’hà da purtà, Simone Weil arreca u so cuncorsu à i Cahiers du Sud è sopratuttu à u numaru cunsacratu da Jean Ballard à u « Génie d’Oc et à l’homme méditerranéen », eppò a filusufia s’avvede chì « l’enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l’âme humaine. C’est un des plus difficiles à définir. Un être humain a une racine par sa participation réelle, active et naturelle à l’existence d’une collectivité qui conserve vivants certains trésors du passé et certains pressentiments d’avenir ». Ùn hà mancu appena persu di u so valore sta definizione.  
  
Ancu più tardi, in u so prifaziu à l’Anthologie de la poésie occitane publicata da Andrée Paule Lafont in u 1962, scrivia Louis Aragon : « Les miens étaient de Provence, ils en avaient cependant perdu à quelques mots près la langue. […] Je dois à l’ancienne poésie d’oc peut-être l’honneur de ma vie, je l’ai aux temps obscurs de notre pays suffisamment proclamé pour n’y point revenir, ayant puisé dans la morale courtoise ce qui fait le sens de notre chant, l’opposant à la morale des bandits, Allemands ou nés Français, cette conception de l’amour où la femme est reine, précisément qu’on avait voulu réduire au rôle de servante ».  

Stu cullocchiu prupunia di porghje un sguardu novu annantu à e leie cumplesse trà spressione literaria è Resistenza, sopratuttu ma micca solu à traversu à e rilazione ch’ella hà ligatu incù i scrittori di lingue minurate in u spaziu francese è europeu.  

L'intervenzione eranu pruposte in corsu o in francese cù a traduzzione simultanea in corsu o in francese.